Les Amis du Vieux L´Haÿ

” histoire et patrimoine ”

  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - Fontaine Bronzac Autrefois
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - Pigeonnier Autrefois
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - La Mairie
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - Le Musee de la Roseraie
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - La Bassin de Retenue
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - La Rue des Tulipes
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - Angle Rue du Gue Avenue Larroumes
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - Le Carrefour du Petit-Robinsion
  • Les Amis du Vieux L'Haÿ - L'Haÿ Les Roses - Fontaine Bronzac Autrefois

Les publications des Amis du Vieux L´Haÿ

Bulletin n° 47 - Juin 2018


Amis du Vieux L´Haÿ- dernier bulletin

Edito du Président :

Chers Amis,

La principale activité de notre association est naturellement le patrimoine. Il ne couvre pas seulement les monuments, l’architecture et les arts, mais aussi l’histoire et l’impact de l’évolution de la société sur notre commune.

Les témoignages de nos anciens, héritiers du village de L’Haÿ avant que celui-ci ne devienne une ville de plus de 30 000 habitants, nous restituent cette histoire lors de nos entretiens.

Les premiers lotissements datent des années 1930. Nous savons que l’expansion des villes de la banlieue parisienne intervient après la Seconde Guerre mondiale pour répondre à la reconstruction, supprimer les « bidonvilles » et pourvoir au relogement d’une importante population en pleine migration.

La véritable transformation du « village » voit le jour dans les années 1950, 60 et 70 où les pavillons, les immeubles de résidence, les grands ensembles quelquefois controversés, poussent comme des champignons.

Ces l’Haÿssiens, qui sont venus s’installer dans ces années là, ont construit la ville d’aujourd’hui ; ils ont vécu les transformations urbaines et l’évolution sociale et culturelle de la ville. Tout cela constitue un patrimoine qui mérite d’être exploré, exploité et diffusé !

C’est pourquoi nous allons intensifier nos rencontres avec vous afin de monter une exposition sur le thème de ces trois décennies : les documents, photos, objets et témoignages collectés, avec nos archives, en seront le matériel.

Bonnes vacances.

Alain Mulot

Au Sommaire :

Article : Centenaire de la Guerre 1914-1918

Le parcours d’un poilu durant la Première Guerre mondiale à travers sa correspondance

Georges Massiot

(D’après les manuscrits écrits à l’encre violette ; ce texte fut dactylographié par G. Massiot).

Ma mère, née Germaine Bariat, habitait avec ses parents à Guéret (Creuse) lors de la déclaration de guerre. Titulaire d'un diplôme d'infirmière de la Croix Rouge, qu'elle avait passé (à toutes fins utiles) deux ans auparavant, elle s'engagea, à 23 ans, comme bénévole dès l'ouverture d'un hôpital militaire auxiliaire à Guéret dans les locaux du lycée de jeunes filles.
Elle s'acquitta sans doute de sa tâche avec sérieux et gentillesse à la satisfaction des blessés car beaucoup de ceux-ci, après leur guérison, lui envoyèrent une petite lettre de remerciements et de bon souvenir.
Ma mère est devenue « mademoiselle Germaine de la crois rouge » sur cette enveloppe d'une lettre de bon souvenir d'un ancien blessé ignorant son nom de famille.

Pourtant, c'est une correspondance sans fin que l'un de ces blessés entamera avec « Melle Germaine » après son départ de Guéret. Il s'agit du soldat André DELIMAL du 162e régiment d'infanterie.

Il était originaire du nord de la France. Sa famille1 surprise par l'avancée rapide des allemands, était restée bloquée dans la région envahie, loin derrière le front stabilisé. Toute correspondance avec elle était impossible. Ma mère s'était prise de pitié pour ce blessé qui ne recevait ni lettre ni colis. Elle veilla plusieurs années à ce qu'il soit démuni le moins possible. D’ou un échange de correspondances dont des extraits vont nous révéler la vie de ce poilu pendant les hostilités. Mais cet échange ne commencera bien sûr qu'après que le blessé ait quitté Guéret, et pour le comprendre il faut remonter au début de la guerre :

Les fautes d'orthographe et de français d'A. Delimal sont reproduites telles quelles. Mais il faut reconnaître qu'il ne se débrouille pas trop mal. Les points de suspension remplacent des passages de moindre intérêt et sautés.

1914

André Delimal avait été blessé dans les premières semaines de combats. Une blessure au bras gauche, pas anodine du tout. Evacué sur l'hôpital auxiliaire de Guéret, il fut opéré trois fois (sous anesthésie générale), puis une quatrième le 24 octobre pour lui « redresser le bras ankylosé ». Il resta ensuite hospitalisé de longs mois, aux bons soins de l'infirmière Germaine Bariat. (2è à gauche sur la photo).

1915

Ce n'est qu'en avril qu'il put quitter l’hôpital et commencer une convalescence de deux mois. Il n'avait pas de famille pour le recevoir et ce sont mes grands parents Bariat qui l'accueillirent. Il obtint un second congé de convalescence de deux mois qu'il put passer dans une autre famille d'accueil, en Charente. Mais ainsi il avait quitté Guéret et il n'était pas sûr d'y retourner. Il écrivit alors une lettre à son ancienne infirmière: Ce fut la première d'une longue séquence...

7 juillet (Charente) mademoiselle,

«… Comme Coupé vous l’a dit j'ai les 2 doigts du milieu qui ne marchent que difficilement et il faudra, je crois de longues années pour qu'ils puissent se fermer comme les autres. J'en souffre beaucoup en ce moment par cette chaleur, on dirait que j'ai la main toute entière dans l'eau bouillante de 11h à 4h du soir ... mes hôtes vont essayer de faire passer une lettre à ma famille par la Suède… . Bien le bonjour à votre père et mère, et je vous envoie Mademoiselle mes sincères amitiés. Je n'ai pu vous dire au revoir en partant pour la Charente, mais en allant à mon dépôt, si je peux m'arrêter à Guéret je passerai vous voir à l'hôpital »2

André Delimal

...

1 Sa mère et ses trois sœurs. Son père sera « prisonnier » civil des allemands.
2 Les portes de l'hôpital étant fermées à l'heure tardive où il passera, il ne pourra la voir (il ne la reverra jamais).

Les Bulletins Semestriels


Nous préparons des bulletins semestriels dont le but est de produire des articles sur le patrimoine social, historique et architectural et de faire connaitre aux adhérents la vie de l'association, ses activités présentes et futures.

Amis du Vieux L´Haÿ - Publications - Les Bulletins

Les Livres


Amis du Vieux L´Haÿ - Livres - Vie et Image du passé

TOME I      « VIE ET IMAGE DU PASSE »

Pour transmettre la passion de notre ville au plus grand nombre, nous avons édité, en 1990, un premier livre qui, à l´aide de cartes postales anciennes, conduit le lecteur à travers tous les quartiers de L´Haÿ.

TOME II      « RUES ET LIEUX-DITS »

En 1993, nous avons édité le suivant. Il définit l’histoire du nom des rues.

Amis du Vieux L´Haÿ - Livres - Rues et Lieux Dits
Amis du Vieux L´Haÿ - Livres - D´Un Siècle à L´Autre

TOME III      « D´Un Siècle à L´Autre »

Le troisième volume de notre collection, publié en 2009, offre un témoignage saisissant de l'évolution de l´urbanisation au cours du siècle écoulé. Sur chaque page, une carte postale ancienne est mise en miroir d´une photo contemporaine.

Ces ouvrages sont en vente au siège de notre association et sur notre stand au cours de nos différentes manifestations.

Les Hors-Séries


Amis du Vieux L´Haÿ - Livres - L´Aqueduc MEDICIS

L´Aqueduc Médicis

(1987)

Amis du Vieux L´Haÿ - Livres - Les Augustes

Les Augustes

(1989)

Amis du Vieux L´Haÿ - Livres - DUNOIS

Dunois

(2003)

Amis du Vieux L´Haÿ - Livres - Le Moulin de la Bièvre

Le Moulin de la Bièvre

(2008)

Le Fascicule


« Autrefois L´Haÿ »

Disponible en Français, Anglais et Allemand.


Amis du Vieux L´Haÿ - Extrait du Fascicule : Autrefois L´HAY
Amis du Vieux L´Haÿ - Le DVD : Autrefois L´HAY

Egalement disponible en DVD.

© Les Amis du Vieux L'Haÿ Facebook - Les amis du vieux L'Hay Mentions Légales Plan du Site Réalisation : Véronique LAMBARD